améliorer la mobilité cheville os

La mobilité de la cheville

Après avoir précisé la différence entre la mobilité et la souplesse, nous allons nous intéresser à la mobilité de chacune de nos articulations. Ce sont les pierres angulaires de tous nos mouvements fonctionnels. Aujourd’hui nous nous intéresserons aux chevilles. A travers cet article vous allez comprendre comment apprécier la mobilité de vos articulations. Nous vous proposerons des axes de travail afin de la travailler et l’améliorer

L’importance de la mobilité des chevilles

Une bonne mobilité des chevilles est indispensable pour la réalisation des exercices de squat, d’haltérophilie. Ou encore pour effectuer des sauts et toutes les séries d’exercices qui mettent l’ensemble des membres inférieurs (les jambes et les pieds) à contribution. Forcer des chevilles raides peut entraîner des blessures plus graves au niveau de l’articulation.
Par ailleurs, il faut savoir qu’un mouvement mal reproduit éloigne davantage des résultats souhaités. Mais il peut aussi y avoir des conséquences sur d’autres parties du corps. Il est primordial d’évaluer la mobilité des chevilles avant de s’adonner à des exercices physiques. Il sera tout autant impératif de l’améliorer si vous êtes en quête de progression et de performances.

Evaluer la mobilité des chevilles

Un blocage au niveau de la cheville se ressent dès lors que l’articulation est sollicitée. En réalisant, par exemple, un mouvement de flexion. Si un serrement se fait ressentir à l’avant de la cheville pendant la descente, il s’agit d’un blocage au niveau du talus (ou astragale).

mobilité cheville astragale

Le talus est l’os du pied qui est relié au tibia par la cheville. Une restriction avérée de l’amplitude d’un mouvement ou la nécessité de forcer pour pouvoir bien en reproduire un est révélatrice d’un manque de mobilité de cheville. L’impossibilité de réaliser un mouvement à cause d’une douleur localisée au niveau de l’articulation du pied, l’est tout autant.
Une entorse, une fracture ou une affection atteignant la cheville comme une arthrose, un rhumatisme ou d’autres inflammations, réduisent, voire empêchent, la mobilité de l’articulation. Dans ces cas, il est important de soigner l’affection avant de faire des exercices physiques pour travailler la mobilité de la cheville concernée.

Renforcer la mobilité des chevilles

Il est tout à fait possible d’améliorer la mobilité des chevilles en réalisant quelques mouvements réguliers. Le blocage de l’os du pied doit être traité en premier lieu.

Une bande élastique pour tirer la cheville vers l’arrière pendant une série de flexions du genou, tout en ramenant tout le haut du corps à l’avant permet de corriger la raideur de l’astragale. La bande élastique doit impérativement être positionnée au niveau du talus. Un mauvais positionnement de l’élastique peut engendrer d’autres dysfonctionnements au niveau du pied, du tibia ou de la cheville.

Ensuite, l’utilisation du rouleau de massage permet de travailler les tissus mous et, ainsi, d’assouplir l’articulation. L’exercice consiste à placer le rouleau de massage sous le mollet et à le glisser de haut en bas. N’hésitez pas à exercer ces pressions sur le muscle situé à l’arrière de la jambe (le triceps sural). Pour des résultats optimaux, le roulé peut être accompagné d’un mouvement circulaire du pied sollicité pour relâcher la tension de la cheville. L’automassage doit être effectué pendant la séance d’échauffement.

Un étirement des talons viendra clore la série d’exercices pour renforcer la mobilité des chevilles.