mobilité de la cheville

La différence entre la mobilité et la souplesse?

Je me souviens que lorsque j’ai démarré le Crossfit, mon coach avait mis en évidence mon manque de mobilité. « Oui, je n’ai jamais été souple » lui ai-je répondu. Il m’a alors bien sûr expliqué que la mobilité et la souplesse sont 2 choses différentes. La nuance est assez subtile et il m’a fallu pas mal de temps avant de bien la comprendre. Beaucoup de personnes d’ailleurs ont du mal à la faire. Cet article a donc pour objet d’aider à clarifier la différence entre ces 2 notions importantes.

Définition de la mobilité

La mobilité est une composante essentielle dans la réalisation des exercices physiques. Elle désigne l’aptitude physique à réaliser  convenablement et aisément un ou plusieurs mouvements fonctionnels en série. La mobilité englobe le fonctionnement des articulations, des muscles et des fascias. Une bonne mobilité, permet concrètement au corps de créer et de transférer de la force en poussant, sautant, grimpant…  Cette bonne mobilité s’acquiert en répétant des mouvements ou positions visant à faire bouger les différents tissus concernés afin de les habituer à ces mêmes mouvements et afin de les renforcer. Ces exercices doivent être réalisés au quotidien. Lorsque le corps est laissé trop longtemps au repos, les muscles, les fascias et les articulations se ramollissent. D’où, l’apparition des difficultés à réaliser correctement certains mouvements fonctionnels. Il est donc indispensable de les solliciter très régulièrement afin de les remettre en conditions optimales et retrouver (ou maintenir) une mobilité optimale.

La mobilité est fondamentale pour les compétiteurs en quête de performance et pour les personnes qui suivent un programme d’entraînement physique dans le but d’atteindre un objectif en particulier : renforcement musculaire, rétablissement suite à une blessure, perte de poids… Prenons un exemple : une personne avec une bonne mobilité pourra effectuer un squat (s’accroupir) beaucoup plus lourd qu’une personne de corpulence équivalente ayant une mobilité limitée. En plus de l’impossibilité à atteindre les objectifs fixés, des mouvements mal effectués en raison d’un manque de mobilité peuvent occasionner des blessures car votre corps cherchera à compenser ce manque en forçant sur une zone de votre corps moins contrainte.

Exercices de mobilité
Exemples d'exercices de mobilité

La différence entre la souplesse et la mobilité

La souplesse désigne la capacité du corps à réaliser un mouvement avec une importante amplitude. Tout comme la mobilité, la souplesse concerne également les articulations et les muscles. Cependant, la souplesse se limite à la capacité des articulations et des muscles à s’étirer grandement puis à reprendre leur position et leur forme initiale sans le moindre effort et sans douleur. Comme nous l’avons dit plus haut, la mobilité, elle, s’intéresse à la capacité de ces mêmes articulations et muscles à réaliser des mouvements fonctionnels et ne se limitent pas à leur capacité « élastique ».
Elle se base davantage sur le fonctionnement des tissus, à leur aptitude fonctionnelle et à leur capacité à transférer de la force lorsqu’ils sont sollicités. Ainsi, une personne peut disposer d’une mobilité optimale sans pour autant être souple. Et vice versa.

Plus concrètement, reprenons l’exemple du squat évoqué plus haut et notamment du air squat. Ce mouvement consiste à s’accroupir (sans charge) en gardant : les pieds complètement à plat, pointes de pieds face à vous (pas en canard), buste et dos droits, les fesses descendent plus bas que la hauteur du genou. L’air squat sollicite une quantité incroyable de muscles, ainsi que les chevilles, les genoux et les hanches. Ce n’est pas un exercice de souplesse : le but ici n’est pas d’étirer une quelconque partie du corps mais juste de réaliser un mouvement fonctionnel (s’accroupir). Si vous êtes limité dans la réalisation de ce mouvement, cela s’expliquera par un manque de mobilité à une ou plusieurs zones sollicitées de votre corps. Un manque de mobilité dans les chevilles peut par exemple empêché beaucoup de personnes de réaliser un squat correct. Vous l’aurez compris, cela ne veut pas dire que l’on n’est pas souple. Cela signifie tout simplement que notre cheville est limitée dans ses mouvements et ne peut pas exprimer la pleine mesure de sa fonction articulaire.

Nos modes de vie couplés au manque d’exercices physiques variés sont la principale cause du manque de mobilité. Je parle d’exercice physique varié car un sportif qui pratique la même discipline et qui s’entraîne régulièrement aura l’habitude de solliciter des zones de son corps et moins (voire pas du tout) d’autres parties qui perdront nécessairement en mobilité.

Il est toutefois tout à fait possible de travailler pour recouvrer cette mobilité qui nous manque. Ce sera un travail de longue haleine (selon votre point de départ bien sûr) et qui demandera une régularité pour obtenir des résultats. Il faudra également mettre une intensité progressive dans ce plan d’amélioration.
Il serait trop long et pas vraiment efficace d’énumérer des méthodes de travail sur la mobilité ici. Vous avez compris que la mobilité est un concept qui s’applique à différentes zones du corps. Aussi, je vous propose d’évoquer la mobilité de chaque articulation au sein d’articles dédiés afin d’exposer les différentes manières de travailler la mobilité pour chacune d’entre elles.

  • Améliorer la mobilité des chevilles
  • Améliorer la mobilité des genoux
  • Améliorer la mobilité de la hanche
  • Améliorer la mobilité des coudes
  • Améliorer la mobilité des épaules
  • Améliorer la mobilité des poignet