Les accessoires pour les athlètes de CrossFit ne manquent pas aujourd’hui. Protèges poignets, genouillères, maniques ou les chaussures d’haltéro sont quelques uns des équipements standards que vous retrouverez dans le sac d’un athlète réalisant des entraînements fonctionnels.

A mon avis, le protège-poignets est probablement celui qui est le plus mal utilisé (et certainement le plus sur-utilisé) d’entre eux.

 

UN PROTEGE-POIGNET ? POURQUOI FAIRE ?

 

Clarifions déjà le fait qu’il existe plusieurs noms pour désigner un protège-poignet. Certains appellerons cela une bande de force, ou encore un poignet de force ou de strap pour poignet. Enfin, le monde du CrossFit utilise beaucoup d’anglicisme comme vous le savez, donc ne soyez pas surpris si même dans l’hexagone vous entendez parler de wrist wraps, qui désigne aussi des protèges-poignets.

Maintenant, rappelons à quoi sert une bande de force. Sa fonction est d’apporter un support au poignet durant des mouvements d’haltérophilie lourds, ou avec de nombreuses répétitions de lifts. Et particulièrement lorsqu’ils sont « overhead », c’est à dire qu’on amène la barre au-dessus de la tête. Pendant ces mouvements, la charge exerce une pression importante sur l’articulation du poignet qui est ainsi soumise à des extensions extrêmes. Il peut en résulter un échec ou plus grave une blessure. Les protèges-poignets peuvent donc être utiles dans ces cas là, mais encore faut-il les porter correctement.

On vous a listé ici 5 conseils à suivre pour vous aider à vous entraîner dans les meilleures conditions tout en protégeant vos poignets.

NOS 5 CONSEILS POUR MIEUX LES UTILISER

 

1. Echauffez-vous sans bandes de force

Vous n’aurez pas besoin de soutien au poignet pour soulever 60% de for 1RM lors d’un mouvement de press. Il est préférable et recommandé de n’utiliser vos protèges poignets que lorsque vous travaillez sur des charges approchant votre PR.

Si vous portez vos wrist wraps trop souvent, alors vous limiterez le renforcement de vos fléchisseurs et extenseurs de poignets et empêcherez ainsi à votre articulation de gagner en force.

Regardez autour de vous, et vous observerez que les athlètes les plus forts ne s’entraînent que ponctuellement avec leurs protèges poignets.

 

2. N’attachez pas vos poignets de force trop bas

Souvenez vous que l’objectif du protège poignet est d’apporter un soutien à votre articulation. Si vous le portez trop bas, alors c’est comme si vous portiez un simple bandeau sur l’avant-bras qui n’apporte aucun soutien au poignet.
Assurez-vous que votre protège-poignet couvre et comprime bien votre articulation pour apporter un vrai soutien et éviter une extension excessive du poignet

 

3. Utilisez le bon protège poignet

Il y a différents types de protèges-poignets proposés.
Vous avez d’abord le modèle fin en coton qui est très souple et qui permet au poignet de garder une liberté de mouvement car il comprime, mais pas trop.

meilleur protege poignet cossfit long et confortable avec velcro

Et ensuite le modèle plus épais et plus élastique avec serrage velcro, adapté à l’haltéro et qui apporte un meilleur soutien au poignet grâce à une compression. Il est préférable d’optez pour des protèges poignets longs afin de pouvoir mieux ajuster la compression à votre guise.

 

4. Vous n’avez pas besoin de protège poignet pour la plupart des mouvements de gym

Sauf si vous prévoyiez d’enfiler un juste-au-corps et de participer à de véritables épreuves de gymnastique comme le saut ou le cheval d’arçons, vous n’avez pas besoin de porter de bandes de force pour les exercices au poids de corps comme les pompes, les tractions ou encore les rings dips. Sauf si vous avez subi une blessure au poignet, que celui-ci est fragilisé et que vous avez besoin de renforcer votre articulation.

 

5. N’utilisez pas de poignet de force pour compenser un manque de mobilité ou de souplesse

On entend beaucoup d’athlètes justifier le port du protège-poignet par le fait qu’ils n’arrivent pas à réaliser l’extension du poignet, ou alors qu’ils ressentent une douleur à la réception à l’épaulé ou alors pendant un front squat.

Le plus souvent, un athlète qui ressent une gêne au poignet lors de ces mouvements a probablement un manque de mobilité dans le haut de son corps. Une mauvaise extension thoracique, un manque de flexion des épaules et de rotation externe, ainsi que la mobilité du poignet peuvent tous jouer un rôle dans une mauvaise réalisation de ces mouvements. Les protège poignets ne vous rendent pas plus souples ou mobiles. Voici une courte vidéo très utile pour améliorer la mobilité de vos poignets.